Une bombe nucléaire pour l’Iran. Les États-Unis aident en violant le contrat

Par Uli Gellermann.

Si Kim a passé une mauvaise nuit en Corée du Nord, le monde entier le sait le lendemain. Les spécialistes de la Corée du Nord prennent soigneusement le pouls du chef de la République populaire démocratique : peut-on lui accorder un peu plus d’attention ? Parce que les Nord-Coréens sont en possession de la bombe responsable de la destruction. Le pays situé à la lisière de la grande Chine compte 25,5 millions d’habitants, mais est toujours au centre de l’intérêt mondial. Et elle ne se laisse pas bousculer.

L’Iran, avec plus de 80 millions d’habitants, est volontiers et souvent dangereusement bousculé. Tout récemment, les États-Unis ont tué un haut fonctionnaire iranien. Ceux qui agissent ou discutent avec les Iraniens sont également menacés : les États-Unis, lourdement armés, ont de nouveau menacé les Européens de l’Ouest avec des sanctions, afin qu’ils suivent l’exemple des États-Unis pour annuler l’accord nucléaire avec l’Iran. L’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne doivent maintenant déclencher le « mécanisme de règlement des différends » prévu par l’accord. Autrement, les voitures de l’Union européenne seront sanctionnées. Cette information provient d’une réunion secrète de la commission des affaires étrangères du Bundestag. Au terme de la procédure d’arbitrage, les États-Unis, qui violent le traité, veulent voir la fin de l’accord nucléaire.

L’étrange ministre allemand des affaires étrangères Heiko Mass a annoncé le mardi avec éclat la fin prochaine de l’accord nucléaire : « Nous ne pouvions cependant pas rester plus longtemps sans réagir aux violations croissantes de l’accord par l’Iran. Après des consultations intensives avec la France et la Grande-Bretagne, nous avons donc décidé de déclencher le mécanisme de règlement des différends prévu dans l’accord. » Pas un mot sur la résiliation unilatérale de l’accord par les États-Unis. Pas un mot sur les menaces de la mafia américaine. Maas sert aux Allemands l’opinion de Donald Trump et la fait passer pour la sienne.

Neuf États sont considérés comme des puissances nucléaires. L’un d’eux est le Royaume-Uni. À sa tête se trouve le confus Alexander Boris Johnson, qui a mené sa campagne électorale avec cette phrase, entre autres : « Votez conservateur. Les femmes auront des seins plus gros, les hommes des parties génitales plus longues et auront plus de chance de conduire une BMW. » A la tête d’Israël, une autre puissance nucléaire, Benjamin Netanyahou apparaît comme un feu follet. Il vit confortablement avec une accusation de corruption et représente le racisme ordinaire d’un État d’apartheid. Au vu de ces deux administrateurs de bombes nucléaires, Kim Jong-un, le chef du gouvernement de la République populaire démocratique de Corée, peut être considéré comme relativement sérieux et prévisible.

L’accord nucléaire iranien avait pour but d’empêcher l’Iran de construire la bombe. Quel avantage cela a-t-il apporté au pays ? Sa souveraineté s’est-elle développée ? L’Iran, est-il à l’abri des agressions ? A-t-elle amélioré ses relations commerciales ? Non. Pourquoi l’Iran devrait-il respecter un accord dont ses partenaires occidentaux ne veulent manifestement plus ? Le processus de médiation ouvre la voie à la bombe pour l’Iran. Peut-être Ali Khamenei, le « Guide suprême » de l’Iran, voudrait-il prendre le pouls. Cependant, ses chances de le faire sont minces tant qu’il aura cette attitude : « Nous ne planifions pas d’armes nucléaires, non pas à cause du malaise des États-Unis, mais parce que nous sommes convaincus que les armes nucléaires sont un crime contre l’humanité. »

Le nombre de crimes contre l’humanité commis par les États-Unis est considérable. De toutes sortes de crimes de guerre dans des pays comme le Vietnam ou l’Irak, au camp de concentration de Guantanamo ou au lynchage par des drones. Cette liste sera élargie pour inclure la prolifération nucléaire si l’administration Trump continue à le pratiquer cette politique.

Sources :

https://www.auswaertiges-amt.de/fr/newsroom-/-/2294224

+++

Merci à l’auteur pour le droit de publication.

+++

Source de l’image : Petr Kratochvila / shutterstock

+++

Cet article est paru le 20 janvier 2020 sur le blog Rationalgalerie.

+++

Le KenFM s’efforce d’obtenir un large éventail d’opinions. Les articles d’opinion et les contributions d’invités ne doivent pas refléter l’opinion de la rédaction.

+++

Vous aimez notre programme ? Informations sur les possibilités de soutien ici : https://kenfm.de/support/kenfm-unterstuetzen/

+++

Maintenant, vous pouvez aussi nous soutenir avec des bitcoins.

BitCoin adresse: 18FpEnH1Dh83GXXGpRNqSoW5TL1z1PZgZK

Auch interessant...

Kommentare (0)

Hinterlassen Sie eine Antwort